Florian Abou Yehia    Guitarist and composer Florian Abou Yehia realizes his concept albums mixing ethnic and anthropological recordings where the electric guitar and other traditional string instruments are added to be the major players. Drawing on world music, blues, rock or contemporary music, sometimes experimental sound works are often accompanied by photos and videos in connection with sounds. Important articulations in the incessant quest to mix visual arts with musical creation.   Guitariste et compositeur Florian Abou Yehia réalise ses concept albums mêlant enregistrements ethniques voir anthropologique où la guitare électrique et autres instruments à cordes traditionnels viennent s’ajouter pour être les acteurs majeurs.    Puisant dans les musiques du monde, du blues, du rock ou encore dans la musique contemporaine, les œuvres sonores parfois expérimentales sont souvent accompagnées de photo et vidéos en liens avec les sons. Articulations importantes dans la quête incessante de mêler les arts plastiques avec la création musicale.

Florian Abou Yehia

Guitarist and composer Florian Abou Yehia realizes his concept albums mixing ethnic and anthropological recordings where the electric guitar and other traditional string instruments are added to be the major players. Drawing on world music, blues, rock or contemporary music, sometimes experimental sound works are often accompanied by photos and videos in connection with sounds. Important articulations in the incessant quest to mix visual arts with musical creation.

Guitariste et compositeur Florian Abou Yehia réalise ses concept albums mêlant enregistrements ethniques voir anthropologique où la guitare électrique et autres instruments à cordes traditionnels viennent s’ajouter pour être les acteurs majeurs.

Puisant dans les musiques du monde, du blues, du rock ou encore dans la musique contemporaine, les œuvres sonores parfois expérimentales sont souvent accompagnées de photo et vidéos en liens avec les sons. Articulations importantes dans la quête incessante de mêler les arts plastiques avec la création musicale.

   Rebekka Deubner   Rebekka Deubner is a Franco-German photographer based in Paris. For her, photography is a form of endlessly growing collection of objects, bodies and moments that attract her : by photographing them she makes them hers. Extracting images of the flow allows her to create metaphorical but tangible universes, performing this way a certain reality.     Rebekka Deubner est une photographe franco-allemande qui vit et travaille à Paris. La photographie est pour elle une forme de collection sans fin et grandissante d’objets, de corps et de moments qui l’attirent : en les photographiant elle se les approprie. Extraire ces images du flux, lui permet par la suite de créer des petits univers métaphoriques et tangibles à la fois, la rendant ainsi interprète d'une certaine réalité.

Rebekka Deubner
Rebekka Deubner is a Franco-German photographer based in Paris. For her, photography is a form of endlessly growing collection of objects, bodies and moments that attract her : by photographing them she makes them hers. Extracting images of the flow allows her to create metaphorical but tangible universes, performing this way a certain reality.  

Rebekka Deubner est une photographe franco-allemande qui vit et travaille à Paris. La photographie est pour elle une forme de collection sans fin et grandissante d’objets, de corps et de moments qui l’attirent : en les photographiant elle se les approprie. Extraire ces images du flux, lui permet par la suite de créer des petits univers métaphoriques et tangibles à la fois, la rendant ainsi interprète d'une certaine réalité.

   Nathanaëlle Herbelin    Nathanaëlle Herbelin is an Israeli painter who lives and works in Paris, she is represented by Jousse Entreprise. She always draws what she depicts from reality, from what she finds, sees or feels. Sometimes, Nathanaëlle Herbelin stages objects or figures to paint them, to recreate something that would have slipped from her but which persists. She is interested in discrepancies between factual reality and memory, between intention and realization. Nathanaëlle Herbelin considers her paintings as personal notes: the more personal they are, the more they will become mirrors.   Nathanaëlle Herbelin est une peintre israélienne qui vit et travaille à Paris, elle est représentée par la galerie Jousse Entreprise. Dans ces peintures, Nathanaëlle Herbelin tire toujours ce qu’elle représente du réel, que ce soit de ce qu’elle trouve, de ce qu’elle voit ou de ce qu’elle ressent. Elle met parfois en scène, dans l’espace, des objets ou des figures pour les peindre, non pas pour créer une situation nouvelle, mais pour reproduire une chose qui lui aurait échappée et qui persiste. Ce sont les décalages qui l’intéressent, entre la réalité factuelle et la mémoire, entre l’intention et la réalisation. Nathanaëlle Herbelin considère ses peintures comme des notes personnelles : plus elles seront personnelles et plus elles deviendront miroirs.

Nathanaëlle Herbelin

Nathanaëlle Herbelin is an Israeli painter who lives and works in Paris, she is represented by Jousse Entreprise. She always draws what she depicts from reality, from what she finds, sees or feels. Sometimes, Nathanaëlle Herbelin stages objects or figures to paint them, to recreate something that would have slipped from her but which persists. She is interested in discrepancies between factual reality and memory, between intention and realization. Nathanaëlle Herbelin considers her paintings as personal notes: the more personal they are, the more they will become mirrors.

Nathanaëlle Herbelin est une peintre israélienne qui vit et travaille à Paris, elle est représentée par la galerie Jousse Entreprise. Dans ces peintures, Nathanaëlle Herbelin tire toujours ce qu’elle représente du réel, que ce soit de ce qu’elle trouve, de ce qu’elle voit ou de ce qu’elle ressent. Elle met parfois en scène, dans l’espace, des objets ou des figures pour les peindre, non pas pour créer une situation nouvelle, mais pour reproduire une chose qui lui aurait échappée et qui persiste. Ce sont les décalages qui l’intéressent, entre la réalité factuelle et la mémoire, entre l’intention et la réalisation. Nathanaëlle Herbelin considère ses peintures comme des notes personnelles : plus elles seront personnelles et plus elles deviendront miroirs.

   Zebadiah Keneally (Hamburger Vampire)   Zebadiah Keneally is an american interdisciplinary artist based in New York City. His work makes the strange friendly and familiar. Drawings, sculpture, video and slapstick performance employ recurring characters that draw the viewer into an absurd mythology that reflects life – from the commercial to the occult.  Zebadiah Keneally has performed at MoMA PS1, the Brooklyn Art Book Fair, Y Gallery and WNYC’s Greene Space. His works are in the collections of the MoMA Library, the Thomas J. Watson Library at the Metropolitan Museum of Art and the New York Public Library. His books and zines are available at Printed Matter. He has shown in New York City, Los Angeles, Detroit, Ho Chi Minh City, Kuwait City, Melbourne, Osaka and Ljubljana, Solvenia.   Zebadiah Keneally est un artiste plasticien qui vit et travaille à New York. Son travail rend le bizarre sympathique et familier. Ses dessins, ses sculptures, ses vidéos et ses performances burlesques entrainent le spectateur dans une mythologie absurde qui reflète la vie, grâce à l’usage de personnages récurrents. Zebadiah Keneally a réalisé des performances au MoMA PS1, à la Brooklyn Art Book Fair, à la Y Gallery et et au Green Space. On peut retrouver ses œuvres dans les collections des bibliothèques du MoMA, de Thomas J. Watson et de la New York Public Library et au Metropolitan Musuem of Art. Ses livres et fanzines sont disponibles chez Printed Matter. Il a exposé à New York, Los Angeles, Détroit, Hô-Chi-Minh-Ville, Koweït, Melbourne, Osaka et Ljubljana.

Zebadiah Keneally (Hamburger Vampire)
Zebadiah Keneally is an american interdisciplinary artist based in New York City. His work makes the strange friendly and familiar. Drawings, sculpture, video and slapstick performance employ recurring characters that draw the viewer into an absurd mythology that reflects life – from the commercial to the occult.  Zebadiah Keneally has performed at MoMA PS1, the Brooklyn Art Book Fair, Y Gallery and WNYC’s Greene Space. His works are in the collections of the MoMA Library, the Thomas J. Watson Library at the Metropolitan Museum of Art and the New York Public Library. His books and zines are available at Printed Matter. He has shown in New York City, Los Angeles, Detroit, Ho Chi Minh City, Kuwait City, Melbourne, Osaka and Ljubljana, Solvenia.

Zebadiah Keneally est un artiste plasticien qui vit et travaille à New York. Son travail rend le bizarre sympathique et familier. Ses dessins, ses sculptures, ses vidéos et ses performances burlesques entrainent le spectateur dans une mythologie absurde qui reflète la vie, grâce à l’usage de personnages récurrents. Zebadiah Keneally a réalisé des performances au MoMA PS1, à la Brooklyn Art Book Fair, à la Y Gallery et et au Green Space. On peut retrouver ses œuvres dans les collections des bibliothèques du MoMA, de Thomas J. Watson et de la New York Public Library et au Metropolitan Musuem of Art. Ses livres et fanzines sont disponibles chez Printed Matter. Il a exposé à New York, Los Angeles, Détroit, Hô-Chi-Minh-Ville, Koweït, Melbourne, Osaka et Ljubljana.

   Andrés Baron    Andrés Baron is a Colombian photographer and filmmaker based in Paris. Relying on photography and film, his practice is an investigation on contemporary methods of images reading. His work consists in contextualizing it and in diverting its standards and norms. Andrés Baron proceeds between different genres – portraits, still lifes, performative scenes and visual abstractions. Motifs such as exotic landscapes, emblematic artworks from the 70’s, wallpapers or stereotyped magazines’ models poses are presented as actions when facing the camera. Through these subjects, commonly opposed principles intermingle: fixed image and moving image, new and old, abstraction and representation, unequivocal and equivocal.   Andrés Baron est un photographe et vidéaste colombien qui vit et travaille à Paris. S’appuyant sur la photographie et le film, sa pratique est une investigation sur les modes contemporains de lecture des images. Son travail consiste à les contextualiser et à détourner leurs codes et leurs conventions. Andrés Baron navigue entre différents genres — des portraits, des natures mortes, des scènes performatives et des abstractions visuelles. Des motifs tels que des paysages exotiques, des œuvres emblématiques des années 1970, des papiers peints ou des postures stéréotypées de modèles issus de magazines sont présentés comme des actions face à la caméra. À travers ces sujets, des principes communément opposés s’entremêlent : l’image fixe et l’image en mouvement, le nouveau et l’ancien, l’abstraction et la représentation, l’univoque et l’équivoque.

Andrés Baron

Andrés Baron is a Colombian photographer and filmmaker based in Paris. Relying on photography and film, his practice is an investigation on contemporary methods of images reading. His work consists in contextualizing it and in diverting its standards and norms. Andrés Baron proceeds between different genres – portraits, still lifes, performative scenes and visual abstractions. Motifs such as exotic landscapes, emblematic artworks from the 70’s, wallpapers or stereotyped magazines’ models poses are presented as actions when facing the camera. Through these subjects, commonly opposed principles intermingle: fixed image and moving image, new and old, abstraction and representation, unequivocal and equivocal.

Andrés Baron est un photographe et vidéaste colombien qui vit et travaille à Paris. S’appuyant sur la photographie et le film, sa pratique est une investigation sur les modes contemporains de lecture des images. Son travail consiste à les contextualiser et à détourner leurs codes et leurs conventions. Andrés Baron navigue entre différents genres — des portraits, des natures mortes, des scènes performatives et des abstractions visuelles. Des motifs tels que des paysages exotiques, des œuvres emblématiques des années 1970, des papiers peints ou des postures stéréotypées de modèles issus de magazines sont présentés comme des actions face à la caméra. À travers ces sujets, des principes communément opposés s’entremêlent : l’image fixe et l’image en mouvement, le nouveau et l’ancien, l’abstraction et la représentation, l’univoque et l’équivoque.

   Anne-Charlotte Finel    Anne-Charlotte Finel is a French artist, based in Paris. She graduated from les Beaux-Arts de Paris and she is represented by Jousse Entreprise. Anne-Charlotte Finel creates videos that are likely to undergo successive changes, and even to be interpreted by other artists. (…) Her images, for their part, can be recognized by their strong grain and their altered colours, on the boundary between black and white. The artist has in fact chosen to work in a permanent interstice: “I make my videos at night, at dawn, at dusk, and at the witching hour.” An uncertain, mysterious period, when everything is as if on hold. This interstice is also geographical, on the borderline between town and country, a transitory landscape to be criss-crossed with the eye, and recurrent in the artist’s praxis. (…)*  In 2017, she had a solo show at the galerie Edouard-Manet de Gennevilliers. She took part in several collective exhibitions : "Le monde est empli de résonances", off-site of the Palais de Tokyo at Château de Villeneuve-Lembron (2017) ; the Salon de Montrouge (2016) ; "Territoire", galerie Jousse Entreprise, Paris (2016) ; "Le parfait flâneur", offsite of the Palais de Tokyo (2015) ; "Les maîtres du désordre" at the Quai Branly museum (2012). Her videos was screened at festivals and video fairs : Loop Fair, Barcelone (Espagne) ; De Bruits et de mouvements, Videobox festival at the Carreau du Temple, Paris ; The Chimney Video and Performance Festival, New York (USA), WILD Wild wild, The Player, at the FRAC Poitou-Charentes, Angoulême.  Her works are in the collections of the CNAP (2017), the Mac Val (2017) and the Hauts-de-Seine department (2016). She was awarded the Hauts-de-Seine County Council prize of the 61st Salon de Montrouge in 2016 and the Fondation François Sommer Video prize in 2015.   Anne-Charlotte Finel est une artiste française, diplômée de l’Ecole nationale supérieure supérieure des Beaux-Arts de Paris et représentée par la galerie Jousse Entreprise. Elle crée des vidéos susceptibles de connaître des mues successives, voire d’être interprétées par d’autres artistes. (…) Ses images, quant à elles, sont reconnaissables à leur grain puissant et aux couleurs altérées, à la limite du noir et blanc. L’artiste a en effet choisi de travailler dans un entre-deux permanent : «Je réalise mes vidéos la nuit, à l’aube, au crépuscule ou à l’heure bleue.» Une période incertaine, mystérieuse, où tout est comme en suspens. Cet entre-deux est aussi géographique, à la lisière entre ville et campagne, un paysage transitoire à arpenter du regard, et récurrent dans la pratique de l’artiste.(…)*    En 2017, son travail a fait l’objet d’une exposition personnelle à galerie Edouard-Manet de Gennevilliers. Elle a pris part à plusieurs expositions collectives :   «Le monde est empli de résonances  », Hors les murs du Palais de Tokyo au Château de Villeneuve-Lembron (2017) ; Le Salon de Montrouge (2016) ;   «Territoire», galerie Jousse Entreprise, Paris (2016) ;   «Le parfait flâneur  », un hors les murs du Palais de Tokyo (2015) ;   «Les maîtres du désordre» au musée du Quai Branly (2012). Ses vidéos ont été projetées lors de festivals et de foires vidéo en 2017 : Loop Fair, Barcelone (Espagne); De Bruits et de mouvements, Videobox festival au Carreau du Temple à Paris ; The Chimney Video and Performance Festival, à New York (USA), WILD Wild wild, The Player, au FRAC Poitou-Charentes à Angoulême.     Son travail est présent dans les collections du CNAP (2017), du Mac Val (2017) et du département des Hauts-de-Seine (2016). Elle a reçu le prix du Conseil départemental des Hauts-de-Seine du 61e Salon de Montrouge en 2016 ainsi que le prix Vidéo de la Fondation François Sommer en 2015.    *Daria de Beauvais, Catalogue du Salon de Montrouge 2016    

Anne-Charlotte Finel

Anne-Charlotte Finel is a French artist, based in Paris. She graduated from les Beaux-Arts de Paris and she is represented by Jousse Entreprise. Anne-Charlotte Finel creates videos that are likely to undergo successive changes, and even to be interpreted by other artists. (…) Her images, for their part, can be recognized by their strong grain and their altered colours, on the boundary between black and white. The artist has in fact chosen to work in a permanent interstice: “I make my videos at night, at dawn, at dusk, and at the witching hour.” An uncertain, mysterious period, when everything is as if on hold. This interstice is also geographical, on the borderline between town and country, a transitory landscape to be criss-crossed with the eye, and recurrent in the artist’s praxis. (…)*

In 2017, she had a solo show at the galerie Edouard-Manet de Gennevilliers. She took part in several collective exhibitions : "Le monde est empli de résonances", off-site of the Palais de Tokyo at Château de Villeneuve-Lembron (2017) ; the Salon de Montrouge (2016) ; "Territoire", galerie Jousse Entreprise, Paris (2016) ; "Le parfait flâneur", offsite of the Palais de Tokyo (2015) ; "Les maîtres du désordre" at the Quai Branly museum (2012). Her videos was screened at festivals and video fairs : Loop Fair, Barcelone (Espagne) ; De Bruits et de mouvements, Videobox festival at the Carreau du Temple, Paris ; The Chimney Video and Performance Festival, New York (USA), WILD Wild wild, The Player, at the FRAC Poitou-Charentes, Angoulême.

Her works are in the collections of the CNAP (2017), the Mac Val (2017) and the Hauts-de-Seine department (2016). She was awarded the Hauts-de-Seine County Council prize of the 61st Salon de Montrouge in 2016 and the Fondation François Sommer Video prize in 2015.

Anne-Charlotte Finel est une artiste française, diplômée de l’Ecole nationale supérieure supérieure des Beaux-Arts de Paris et représentée par la galerie Jousse Entreprise. Elle crée des vidéos susceptibles de connaître des mues successives, voire d’être interprétées par d’autres artistes. (…) Ses images, quant à elles, sont reconnaissables à leur grain puissant et aux couleurs altérées, à la limite du noir et blanc. L’artiste a en effet choisi de travailler dans un entre-deux permanent : «Je réalise mes vidéos la nuit, à l’aube, au crépuscule ou à l’heure bleue.» Une période incertaine, mystérieuse, où tout est comme en suspens. Cet entre-deux est aussi géographique, à la lisière entre ville et campagne, un paysage transitoire à arpenter du regard, et récurrent dans la pratique de l’artiste.(…)*

En 2017, son travail a fait l’objet d’une exposition personnelle à galerie Edouard-Manet de Gennevilliers. Elle a pris part à plusieurs expositions collectives : «Le monde est empli de résonances», Hors les murs du Palais de Tokyo au Château de Villeneuve-Lembron (2017) ; Le Salon de Montrouge (2016) ; «Territoire», galerie Jousse Entreprise, Paris (2016) ; «Le parfait flâneur», un hors les murs du Palais de Tokyo (2015) ; «Les maîtres du désordre» au musée du Quai Branly (2012). Ses vidéos ont été projetées lors de festivals et de foires vidéo en 2017 : Loop Fair, Barcelone (Espagne); De Bruits et de mouvements, Videobox festival au Carreau du Temple à Paris ; The Chimney Video and Performance Festival, à New York (USA), WILD Wild wild, The Player, au FRAC Poitou-Charentes à Angoulême.

Son travail est présent dans les collections du CNAP (2017), du Mac Val (2017) et du département des Hauts-de-Seine (2016). Elle a reçu le prix du Conseil départemental des Hauts-de-Seine du 61e Salon de Montrouge en 2016 ainsi que le prix Vidéo de la Fondation François Sommer en 2015.

*Daria de Beauvais, Catalogue du Salon de Montrouge 2016